Najat Vallaud-Belkacem et le sondage sur les théories du complot

22 janvier 2015

Par Éric Giacometti

photo l'internaute
 Ceci n’est pas un article polémique, juste un correctif amical.
A la suite des massacres de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes, la ministre de l’Education nationale a exprimé sa préoccupation devant la montée en puissance des théories du complot. Elle s’est appuyée sur les chiffres d’un sondage Ipsos que nous avions diffusé pour le lancement du Règne des Illuminati, mais sans citer sa source.  Hélas, elle s’est un peu mélangée les pinceaux et n’a pas cité les bons chiffres ni le bon intitulé. Nous ne lui en voulons pas, c’est pour la bonne cause, cela fait plus de six mois que nous avions alerté sur cette tendance sociétale majeure. Mais comme ce sondage a été largement repris par les médias, il nous parait utile de corriger, amicalement, la copie de la ministre. D’autant qu’elle n’est pas responsable de cette erreur et que ce n’est pas un complot des médias…

 

Les tueries de Charlie et de la porte de Vincennes ont remis sur dans l’actualité les théories du complot, ou théories conspirationnistes. En résumé, selon ces théoriciens, les massacres seraient des coups montés, des false flag, destinés à accuser les musulmans. Des sites spécialisés, dont Conspiracy watch, puis des médias ont enquêté pour démonter ces théories, basés sur des éléments troublants (carte d’identité d’un des terroristes laissée dans la voiture, rétroviseurs qui ont changé de couleur, etc). Jeudi 15 janvier, la ministre de l’Education nationale s’est exprimée sur RTL sur la progression inquiétante des théories du complot :

« Or que trouvent-ils sur Internet ? Ils trouvent notamment ces théories du complot qui sont en train, vraiment, de miner notre jeunesse. Un jeune sur cinq aujourd’hui adhère aux théories du complot. C’est-à-dire la remise en cause des institutions de la République, de la crédibilité des hommes politiques, mais aussi des médias.

Des chiffres diffusés sans vérifier la source

Dans les jours qui ont suivi sa déclaration la plupart des grands médias ont repris ce chiffre sans vérifier la source. Radios, tv, site internet, presse, tout le monde s’est emparé de ce chiffre pour étayer moult dossiers. La palme revient au Figaro qui se trompe dans la source (L’observatoire du conspirationnisme n’a fait que citer le chiffre à la ministre) et évoque des données difficilement vérifiables (ca fera plaisir à Ipsos). Soyons clairs, il n’est pas question d’accabler les médias, moi aussi je me suis fait piéger sur notre propre sondage ! Invité sur BFM pour évoquer ces théories du complot, l’un des journalistes a cité le « sondage de la ministre » devant moi. Ne sachant pas que c’était le mien en mal digéré j’ai acquiescé et j’ai continué l’interview comme si de rien n’était (bon, j’étais aussi très ému par l’enterrement de Tignous que je suivais en direct sur le plateau). Je suis aussi intervenu sur RMC, chez Bourdin pour expliquer le concept de False Flag.

Bref, il est temps de remettre de l’ordre dans les chiffres et les lettres.

Ce qui dit le sondage

Le sondage Ipsos (commandé par Fleuve Editions) portait sur la croyance dans les Illuminati et pas sur les théories du complot en général. Les résultats principaux ? Un Français sur cinq y croit. Et la croyance augmente chez les jeunes. Un tiers des 18-24 ans estiment que les Illuminati existent. Première remarque, la ministre a sous estimé le pourcentage des jeunes. Un jeune sur trois, c’est quand même inquiétant. Les données intégrales du sondage sont disponibles chez notre éditeur. Il suffit de contacter l’attachée de presse. Deuxième remarque : si la question avait porté sur une défiance envers les médias et les institutions, du genre « croyez-vous qu’on nous cache des choses », le chiffre aurait été beaucoup plus important. Un sondage Opinion way de 2012 révélait que 50 % des Francais se méfiaient de la parole officielle (et particulièrement les Français aux idées politiques… extrémistes).

Des médias n’ont pas voulu s’en emparer

Pour la petite histoire, notre sondage Illuminati avait été diffusé par certains médias (Canal +, RTL, Europe 1, RMC, etc) en juin 2014, dans le cadre lors du lancement du livre Le Règne des Illuminati. Thriller qui traitait justement du conspirationnisme (qui frappe les francs-maçons de plein fouet). J’avais alerté alors des amis journalistes travaillant sur l’actualité à chaud sur l’ampleur du phénomène et que les Illuminati étaient l’arbre qui cachait la forêt. Que la défiance était profonde envers la parole officielle, particulièrement chez les jeunes. Les jeunes que nous avions rencontrés ( à Saint Ouen en particulier mais aussi à Paris dans des quartiers plus bourgeois) ne cessaient de parler de complot sioniste ou franc-maçon. Il ne croyaient pas dans la version officielle des affaires Merah ou du 11 septembre. Il aurait fallu creuser un peu plus pour comprendre que la méfiance était généralisée. Mais très peu de journalistes y ont cru. A part le Parisien/Aujourd’hui en France (mon ancien journal), aucun grand média de presse écrite (Le Figaro, Libération, le Monde, l’Obs, L’Express, Marianne, etc) n’y avait prêté attention, estimant probablement que c’était un coup marketing pour le bouquin. Dommage, car certains d’entre eux avaient publié auparavant des articles pertinents sur le sujet.

Un sujet qui met les journalistes mal à l’aise

Un bon ami travaillant dans l’un de ces titres m’avait dit qu’il ne fallait pas faire grand cas d’un « sujet marginal », ne pas retomber dans le traumatisme du 11 septembre et donner de la publicité aux théories conspirationnistes. J’ai eu beau lui répondre que faire l’autruche n’était pas la bonne solution, qu’il ne fallait pas prendre tous ceux qui s’intéressaient à ces histoires pour des crétins, qu’il fallait contre argumenter sur ces sujets sans faire preuve d’arrogance et de mépris (bon d’accord sauf pour la Shoah, pour moi c’est une ligne jaune qu’on ne peut pas franchir. Le Révisionnisme étant la forme la plus nauséabonde du déni de réalité), rien n’y a a fait. et quand j’ai ajouté qu’il ne fallait pas utiliser le mot conspirationnisme pour mettre tous les esprits critiques dans le même sac (on peut remettre en cause la version officielle de l’assassinat de Kennedy, s’interroger sur certains false flags célèbres sans être un complotiste honteux), la discussion s’est achevée rapidement. C’est dommage, car il va falloir maintenant ouvrir un grand chantier sur la crédibilité des médias et la parole des politiques. Et ça c’est pas gagné…

Voila pourquoi, maintenant, je ne peux m’empêcher d’esquisser un faible sourire (alors que la situation ne s’y prête pas) quand je lis tous ces articles sur les théories du complot et qui citent (mal) notre sondage, un sondage dont ils ne voulaient pas entendre parler il y a quelques mois. Ouf, si c’est la ministre qui l’a dit…

PS) Avec Jacques Ravenne nous avons participé à la grande manifestation nationale du 11 janvier et nous avons relayé sur nos pages facebook personnelles notre soutien aux familles des victimes. Nul besoin de préciser que nous ne croyons pas aux théories conspirationnistes sur cette tragédie, jusqu’à vraie preuve du contraire.

 

 

»